FONDATION POUR LA RECHERCHE NUOVO-SOLDATI
BOURSES de RECHERCHE en CANCÉROLOGIE

separation line
Imprimer cette page
english

Lauréats 2008 - 2009

Madame Muriel Genevay

Titre du projet: Application de l’hybridation in situ à fluorescence et de l’amplification multiplex liaison-dépendante dans le diagnostic préopératoire des lésions néoplasiques pancréatiques.

Lieu du stage:Centre Médical Universitaire
1211 Genève 4


Résumé du projet de recherche: Les ponctions pré-opératoires des lésions solides pancréatiques deviennent de plus en plus fréquentes. En effet, alors que jusqu’à peu leur diagnostic ne pouvait être porté que sur pièces opératoires, les progrès des techniques d’endoscopie permettent aujourd’hui un diagnostic cytologique. Le développement de cette technique permet ainsi d’éviter une intervention chirurgicale aux patients présentant une tumeur non-opérable mais également d’envisager un traitement néo-adjuvant qui permettrait potentiellement d’améliorer le pronostic de ces tumeurs. La cytologie, si elle est très spécifique, manque cependant encore de sensibilité. L’introduction de la biologie moléculaire à visée diagnostique, comme cela a déjà été réalisé dans d’autres cas de diagnostic cytologique, en particulier pour la cytologie urinaire, permettrait d’améliorer cela.
Dans ce contexte, une étude préliminaire utilisant l’hybridation in situ à fluorescence sur pièce opératoire a déjà été réalisée. Cette étude nous a permis de tester un panel de sondes permettant une nette augmentation de la sensibilité diagnostique tout en conservant une excellente spécificité. En effet, l’étude des gènes P53, SMAD4, et CDK2NA permet de porter un diagnostic d’adénocarcinome pancréatique avec une sensibilité de 82% et une spécificité de 100%.
Notre but est donc de réaliser une étude complémentaire sur lames de cytologie afin de vérifier si ces résultats sont extrapolables à grande échelle au diagnostic cytologique afin, le cas échéant, de pouvoir utiliser cette technique à visée diagnostique.

Madame Sarah Dumont

Titre du projet:Effets d’inhibiteurs d’IGFR1 et d’histone désacetylase sur des lignées cellulaires de sarcomes in vitro.

Lieu du stage: MD Anderson Cancer Center
Sarcoma Department
1515 Holcombe boulevard
Houston, Texas 77030
Tel (001) 832-531-2439
sarahbaccouche@yahoo.fr
sndumont@mdanderon.org

Résumé du projet de recherche:Les sarcomes de l’adulte sont des cancers de pronostic sombre et à haut potentiel métastatique.
De nouvelles voies de recherche visent à inhiber des récepteurs de facteur de croissance de type tyrosine kinase tels que le récepteur de l’Insulin-like growth factor de type I. Les anticorps anti-IGF-1R ont une action déjà démontrée sur les sarcomes, notamment, le sarcome d’Ewing. Elle passe par l’activation de la phosphatidylinositol-3 kinase (PI3K) entraînant un signal apoptotique. Les inhibiteurs d’histone désacetylase tels que le SAHA sont également de bons candidats dans cette voie de recherche. En effet, des données récentes seraient en faveur d’une action sur les cellules sarcomateuses via une voie non apoptotique, par autophagie, avec mise à contribution de mTor.
Ce projet consiste à tester un anticorps anti-IGF-1R et un inhibiteur d’histone désacetylase, le SAHA, seuls et en combinaison sur neuf lignées cellulaires de sarcomes. Dans un second temps, en cas de démonstration d’une activité synergique, seront étudiés les mécanismes d’action moléculaires impliqués, avec une attention particulière à la voie PI3K-AKT-mTor.

Madame Joelle Vermeulen

Titre du projet:Estimation du risque des patients atteints de neuroblastome à l’aide d’une signature multigénique

Lieu du stage: Center for Medical Genetics Ghent (CMGG)
Ghent University Hospital
Medical Research Building (MRB), 2nd floor, room 120.050
De Pintelaan 185, B-9000 Ghent, Belgium
+ 32 9 332 39 46 (phone)
+ 32 9 332 65 49 (fax)
http://medgen.ugent.be
Joelle.Vermeulen@UGent.be

Résumé du projet de recherche:Le neuroblastome, un cancer qui se développe à partir du système nerveux sympathique, est la tumeur solide extra-crânienne la plus fréquente de l’enfant. Il est la première cause de mortalité liée au cancer du jeune enfant. Actuellement les enfants sont traités en fonction de certains facteurs de risque (l’âge de l’enfant, la localisation de la tumeur et l’état du gène MYCN dans la tumeur). L’expérience clinique a montré que cette classification est utile mais pas parfaite conduisant ainsi dans certains cas à un sur-traitement ou, au contraire, à un sous-traitement. Des marqueurs pronostiques additionnels spécifiques de la tumeur sont donc clairement requis. Le but de ce projet vise à identifier et à valider une signature multigénique afin de pouvoir faire un meilleur choix thérapeutique en fonction du risque et afin de pouvoir identifier de nouvelles cibles thérapeutiques.

Madame Pascaline Boudou-Rouquette
(Interne en oncologie médicale, 9e semestre)

Titre du projet:Un nouvel inhibiteur d’angiokinase dans le traitement du cancer du pancréas

Lieu du stage:Laboratoire de Biologie et Thérapeutiques des Tumeurs ,
CdR St-Antoine – INSERM U 938,
Hôpital St-Antoine Paris 12
Responsable du stage : Dr AK Larsen

Le cancer du pancréas représente la 6e cause de décès en France. Son mauvais pronostic est dû en partie, à un diagnostic trop souvent tardif, à une invasion tumorale rapide et à un arsenal thérapeutique qui reste pauvre malgré tant d’efforts déjà consentis. Depuis 1997, la gemcitabine est devenue la chimiothérapie standard du cancer du pancréas avancé mais a donné des résultats plus décevants en traitement combiné. Le but de notre projet est de déterminer l’activité cytotoxique d’un inhibiteur d’angiokinase, dans des modèles de cancer du pancréas in vitro et in vivo, à la fois en monothérapie et en association avec la gemcitabine. Ces études pourraient faciliter l’application clinique ultérieure de ce composé. Secondairement, nous étudierons l’influence de cet inhibiteur sur la progression du cycle cellulaire et déterminerons s’il existe des biomarqueurs éventuels de son activité anti-tumorale in vivo