FONDATION POUR LA RECHERCHE NUOVO SOLDATI
BOURSES de RECHERCHE en CANCÉROLOGIE

separation line
Imprimer cette page
English

Lauréats 2024 - 2025

Emily ALOUANI
Camille EVRARD
Léa DOUSSET
Mihael ALDEA
Nikolaus DEIGENDESCH
Romain LEVY
Lauriane LEMELLE

Emily ALOUANI

Titre du projet: Impact du niveau d’aneuploïdie sur l'échappement immunitaire et la résistance à l'immunothérapie dans le cancer colorectal (CCR)

Lieu actuel des activités professionnelles: CHU de Toulouse, 1 avenue du Pr Poulhès 31059 Toulouse Cedex 09

Lieu de stage: Memorial Sloan Kettering Cancer Center, 1275 York Avenue New York 10065

Résumé du projet de recherche: L'instabilité chromosomique est un type d'instabilité génomique où des chromosomes entiers ou leurs segments sont dupliqués ou perdus, entraînant une complexité chromosomique numérique et structurelle (aneuploïdie). Diverses études ont montré que les tumeurs présentant une aneuploïdie élevée échappent à la surveillance immunitaire, conférant ainsi une résistance aux traitements, notamment aux inhibiteurs des checkpoints immunitaires (ICI). Alors que les études précédentes ont étudié des modèles présentant une aneuploïdie élevée, une question importante est de savoir comment les niveaux d’ aneuploïdie impactent ce phénomène. Notre hypothèse est que le niveau d'aneuploïdie et son mécanisme intrinsèque ont un impact sur l'échappement immunitaire et la résistance aux ICI. Nous caractériserons ainsi le niveau d'aneuploïdie dans différents types de CCR pMMR (proficient MisMatchRepair) et dMMR (déficient) de patients et étudierons l'association entre le niveau d'aneuploïdie et la réponse aux ICI. Nous génèrerons ensuite différents modèles murins de cancer bien définis avec différents niveaux d’aneuploïdie pour étudier l’impact sur l’infiltrat immunitaire. Nous modulerons les tumeurs au cours du temps, que ce soit en l'absence ou en présence d'ICI. Identifier les mécanismes par lesquels l'aneuploïdie conduit à l'immunosuppression permettrait de développer des stratégies thérapeutiques innovantes pour la plupart des tumeurs immunorésistantes.

Camille EVRARD

Titre du projet: Evaluation de nouvelles thérapies dans les adénocarcinomes pancréatiques : tests in vitro sur hétérosphéroïdes et étude des voies métaboliques impliquées

Lieu actuel des activités professionnelles: CHU de Poitiers, service d’Oncologie Médicale

Lieu de stage: Karolinska Institut, Stockholm, laboratoire Pancreatic cancer research

Résumé du projet de recherche: Le cancer du pancréas est un cancer dont le nombre de nouveaux cas augmente rapidement ces dernières années, par ailleurs ce type de cancer est de très mauvais pronostic et les thérapies innovantes des dernières années sont inefficaces sur ce cancer.

Il est donc urgent de mieux comprendre les multiples mécanismes de résistance du cancer du pancréas afin de pouvoir améliorer son pronostic.

Plusieurs études menées dans le laboratoire d’accueil (Karolinska Institute, Stockholm) ont montré que les modèles de cultures cellulaires 3D («appelées hétérosphéroïdes ») reflètent de façon plus réaliste le cancer du pancréas par rapport aux cultures cellulaires 2D.

Afin de déterminer de nouvelles thérapies prometteuses dans ce type de cancer je vais tester de nouvelles molécules sur ces modèles de cultures cellulaires en 3D de cancer du pancréas.

Léa DOUSSET

Titre du projet: Perspectives génomiques et médecine de précision chez les patients transplantés d’organes suivis pour un carcinome épidermoïde cutané localement avancé

Lieu actuel des activités professionnelles: Experimental Dermatology Group, Pr Kiarash Khosrotehrani
Frazer Institute, The University of Queensland, Translational Research Institute, Princess Alexandra Hospital, Brisbane, Australia.

Rattachement professionnel: Service de Dermatologie du Pr Beylot-Barry, Hôpital Saint André, CHU de Bordeaux
Inserm U1312-BoRdeaux Institute of onCology (BRIC), équipe 5 "Translational Research on Oncodermatology and Orphean skin diseases (TRIO2)", Dr Hamid Rezvani/Pr Marie Beylot- Barry, Université de Bordeaux, France

Résumé du projet de recherche: Les patients transplantés d’organes présentent un risque accru de développer des cancers de la peau agressifs, comme le carcinome épidermoïde cutané (CEC). Les options thérapeutiques actuelles sont souvent inefficaces ou contre-indiquées du fait du risque de rejet de greffon, nécessitant des solutions novatrices. Notre projet propose d'utiliser le séquençage de l'ADN à longues lectures pour comprendre les altérations génomiques du CEC avancé chez les patients greffés d’organes, ouvrant la voie à une médecine de précision. Les patients éligibles à cette étude de phase II, ouverte, monocentrique, recevront ensuite le cetuximab, un anticorps anti-EGFR, en combinaison de la prochloperazine, un inhibiteur de l’endocytose, afin d’inhiber les mécanismes d’échappement des cellules cancéreuses. Les résultats attendus incluent l'identification de biomarqueurs prédictifs et de cibles thérapeutiques spécifiques au CEC des patients greffés d’organes, ainsi que l’évaluation de la réponse clinique. Cette approche intégrée pourrait améliorer considérablement la gestion de cette maladie et répondre à un besoin médical critique.

Mihael ALDEA

Titre du projet: Cancer du poumon non à petites cellules amplifié par MYC : Caractéristiques génomiques, phénotypiques et impact sur les résultats de survie

Lieu actuel des activités professionnelles: Dana-Farber Cancer Institute, Boston, USA

Lieu d'activités professionnelles habituelles: Gustave Roussy, Villejuif, France

Résumé du projet de recherche: Cette recherche se concentre sur l'importance des amplifications de MYC, présentes dans plus de 10% des cas de cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC), suspectées de contribuer à la résistance thérapeutique. En analysant le paysage génomique et immunitaire de ces cancers, notre objectif est de découvrir des combinaisons de médicaments efficaces pour améliorer l'efficacité du traitement. Nous envisageons d'étudier plus de 6000 patients atteints de NSCLC avancé, dont environ 400 présentant une amplification de MYC, en utilisant l'imagerie multiplexée à fluorescence immunologique de haute précision de la plateforme Orion. Ce projet vise à identifier de nouveaux biomarqueurs prédictifs et à révéler des vulnérabilités spécifiques, ouvrant la voie à l'optimisation des thérapies.

Nikolaus DEIGENDESCH

Titre du projet: Protéomique tissulaire spatiale du cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC)

Lieu actuel: Institut de pathologie, Hôpital universitaire de Bâle, Suisse

Lieu de la bourse: Institut de l'immunité innée, Département d'immunologie systémique et de protéomique, Université de Bonn, Allemagne

Résumé du projet de recherche: Dans le monde entier, le cancer du poumon est la tumeur maligne la plus répandue et l'une des principales causes de décès par cancer, le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) étant le type le plus courant. Malgré les progrès significatifs dans l'identification des altérations génétiques dans le CPNPC, de nombreux patients ne disposent toujours pas de cibles thérapeutiques appropriées et les raisons d'une mauvaise réponse au traitement restent floues. Les approches de séquençage de nouvelle génération (NGS), bien que relativement économiques, ne parviennent souvent pas à classifier de nombreuses altérations génétiques. En revanche, les protéines, qui régulent des fonctions biologiques cruciales, offrent des perspectives prometteuses sur la biologie des tumeurs, au-delà de l'analyse génétique.

Mon projet de recherche vise à étudier les CBNPC par le biais de la protéomique tissulaire spatiale, une technologie de pointe permettant d'examiner le paysage protéique au sein des tissus tumoraux. En utilisant des échantillons de tissus fixés au formol et inclus en paraffine (FFPE) provenant de patients pour analyser différentes régions histologiques, le projet cherche à évaluer de façon précise l'hétérogénéité de la tumeur et à comprendre l'impact du microenvironnement tumoral sur la progression de la maladie et la réponse au traitement.

La caractérisation précise des signatures moléculaires des tumeurs au niveau des protéines pourrait conduire à leur utilisation comme futurs biomarqueurs pour l'oncologie de précision, ouvrant ainsi la voie à l'amélioration de la qualité de vie des patients

Romain LEVY

Titre du projet: Approches précliniques de correction génique dans l’ataxie-télangiectasie

Lieu actuel des activités professionnelles: Unité d'Immunologie-Hématologie et Rhumatologie Pédiatrique (UIHR), Hôpital Universitaire Necker - Enfants Malades, 149 rue de Sèvres - 75015 Paris, France

Lieu de stage: Broad Institute of MIT and Harvard, 75 Ames Street, Cambridge, MA 02142
David R. Liu Lab

Résumé du projet de recherche: L’ataxie-Télangiectasie (A-T) est une maladie incurable, causée par des mutations bi-alléliques dans le gène ATM, et dont l’incidence est estimée à 1 naissance sur 40 000. L’A-T se manifeste précocement par un déficit neurologique progressif, un déficit immunitaire profond, et une susceptibilité aux cancers hématologiques et solides. Dérivés de la technologie Crispr/Cas9, de récents outils de correction génique, dits de « gene-editing », permettent d’introduire des modifications permanentes de différentes taille au niveau du génome. Nous faisons l’hypothèse que la fonction de la protéine ATM peut être restaurée in vivo avec l’utilisation de ces technologies, avec comme objectif à ce projet, celui de développer des approches précliniques de « gene-editing » pour potentiellement guérir l’A-T.

Lauriane LEMELLE

Titre du projet: Étude du rôle de la voie Hippo/YAP1 dans la reprogrammation métabolique dans le neuroblastome

Lieu actuel des activités professionnelles: Service d’Onco-pédiatrie de l’Institut Curie (Centre SIREDO), Institut Curie, 26 rue d’Ulm 75005 Paris.

Lieu de stage: Laboratoire du Pr Franco Locatelli, superviseur Dr Angela Di Giannatale, Ospedale Pediatrico Bambino Gesu, Rome

Résumé du projet de recherche: Le neuroblastome (NB) est la tumeur solide extra-crânienne la plus fréquente chez les enfants. Les patients atteints de NB à haut risque ou en rechute ont un mauvais pronostic malgré un traitement multimodal soutenu. YAP1, un effecteur de la voie Hippo, participe à l'identité cellulaire, la tumorigénèse, la dissémination métastatique, l'angiogenèse et la résistance à la chimiothérapie. Il a été identifié comme facteur pronostique dans de nombreuses tumeurs, y compris pédiatriques telles que le NB. En effet, Il a été publié que la transcription de YAP1 augmentait dans les NB à haut risque et en rechute, suggérant son rôle potentiel dans l'agressivité de la tumeur. Des recherches récentes ont montré que YAP1 est impliqué dans le métabolisme du glucose et est capable de réguler l'expression des transporteurs du glucose de la famille GLUT. Le rôle de YAP1 dans l'activité métabolique est peu connu dans le NB et une étude plus approfondie pourrait permettre une meilleure compréhension des mécanismes impliqués dans l’agressivité et la dissémination métastatique et conduire à l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques. Ce projet prévoit l’étude de l'expression de YAP1 et des transporteurs du glucose GLUT dans les lignées cellulaires et sur tissus de NB, l’exploration des cibles de YAP1 impliqués dans le métabolisme et le rôle de YAP1 dans le métabolisme des cellules neuroblastiques. Secondairement, il est prévu d’analyser le rôle de YAP1 sur la sécrétion des exosomes, microvésicules relarguées par les cellules, et leur potentiel rôle en tant que biomarqueurs métaboliques pour les patients atteints de NB.